2021, l’année du grand bouleversement du marché immobilier de l’après Covid-19.

Publié le : 01 juillet 20213 mins de lecture

À cause de la pandémie du coronavirus et du passage au post Covid, on assiste à l’impuissance des activités économiques et sanitaires de tous les pays. Malmené par les effets dévastateurs du virus, le secteur de la santé, de l’éducation et du travail n’a pas été épargné par la pandémie. Par ailleurs, le monde des affaires n’est pas sorti de l’auberge non plus. Devenu un sujet sensible, investir dans l’immobilier est maintenant synonyme d’aventure en terrain glissant.

Une mise en conformité avec les nouvelles règles

Après de nombreux mois à sombrer dans le chaos, les dirigeants se sont enfin décidés à ordonner la reprise du travail. Mais vu que le virus n’est pas encore totalement maitrisé, il a fallu réorganiser les méthodes de travail. De ce fait, la distanciation sociale ne permet plus d’exécuter une prestation au sein d’un bureau. Toutes ces règlementations n’arrangent en rien les cas des propriétaires de local de bureau, parce que les entreprises procèdent à une désertion au profit du travail à domicile. Pendant le confinement, cela est tout à fait normal. Le risque plane pour les circonstances post Covid, dans la mesure où lesdits travailleurs pourraient s’habituer à ce mode de travail à domicile. Ce qui rendrait les bureaux inutiles pour l’avenir.

L’adéquation avec les nouvelles modes de communication

Avant le coronavirus, la présence au bureau était indispensable pour le travailleur. Ainsi, l’employeur pouvait donner les ordres et surveiller les faits et gestes de son subordonné. Maintenant, agir de la même façon augmenterait le risque de contamination. Voilà pourquoi, il a été décidé que le travail à domicile serait une meilleure option. Pour son bon fonctionnement, il faut utiliser de nouveaux moyens pour communiquer. La connexion internet et les logiciels pour les visioconférences en font partie. Ces outils servent à éliminer les soucis liés à la distance. Une fois maitrisés, ces matériels permettent aux travailleurs d’être fonctionnels, tout en restant chez eux. Donc, il se pourrait que les sociétés préfèrent ce mode de travail à l’ancienne même dans une situation de post Covid. En comparant les loyers des bureaux avec le coût de la connexion internet, le choix est vite fait.

Instauration d’une nouvelle mentalité

La vraie menace qui pèse sur ceux investis dans l’immobilier reste la mentalité du travailleur lui-même. Ayant pris goût au travail à domicile, il se pourrait qu’ils réalisent que même chez eux, ils sont productifs. Par conséquent, après le coronavirus, ils sont susceptibles de migrer vers le freelance, parce qu’en ce qui concerne la rémunération, être freelance commence à bien payer.

Immobilier : les villes à suivre pour investir en 2021
A quoi faut-il faire attention avant d’investir dans l’immobilier ?

Plan du site